Étiqueté : politique

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

Annabel Audureau, La Rochelle Université

Résumé de l’article :

Réactualisé récemment dans les discours politiques de gauche ou du parti Europe Écologie-Les Verts par Ségolène Royal et Sandrine Rousseau, le terme « écoféministe » apparaît dans les années 1970 sous la plume de la Française Françoise d’Eaubonne dans Le féminisme ou la mort. Dans les pays anglophones, il désigne un mouvement de rencontre entre deux traditions militantes : le féminisme et l’écologie. Il s’est développé dans le monde dans les années 1980 et dénonce de conserve la domination des femmes et de la nature par les systèmes patriarcaux, y voyant même une connexion. Les mouvements écoféministes proposent ainsi un nouveau rapport à la Nature. La « Conference for Women and Life on Earth » tenue à l’Université du Massachussetts en 1980 marque le début des mobilisations écoféministes aux États-Unis. Elle a montré la dimension éminemment politique de l’écoféminisme qui ne fait pas de la politique mais est politique dans son essence en aboutissant à une mobilisation pour la justice environnementale et civique des minorités ethniques féminines. Contrairement à certains mouvements écologistes traditionnels, l’écoféminisme tend à se tenir à l’écart du pouvoir faisant moins confiance aux mécanismes de la démocratie représentative. Il n’en demeure pas moins que ce mouvement de pensée trouve des moyens d’action, d’expression et de transformation de la société à travers des canaux de pouvoirs alternatifs comme ceux de la culture populaire afin de peupler nos imaginaires de nouveaux récits pour de nouveaux possibles.

C’est ce que nous nous proposons d’étudier à travers un corpus d’œuvres récentes ou revenues sur le devant de la scène et témoignant de la vivacité de la pensée écoféministe à travers les littératures populaires (littérature jeunesse, contes modernes et romans de science-fiction) : une manière de faire de la politique autrement.

0

Mitterrand et Jack Lang : Les radios libres et la fête de la musique – Le cas de Montpellier

Morgane Marion, Université de Montpellier 3

Résumé de l’article :

Le gouvernement du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing détient le monopole de la radiodiffusion et le maintien dans la loi du 7 août 1974. La Télédiffusion de France (TDF) veille sur l’intégrité de ce monopole. En 1977, la France va connaître plusieurs radios pirates. Parmi elles, « Radio Verte » en 1977 et « Radio Riposte » en 1979. A Montpellier en 1977, une radio libre fait également beaucoup de bruit : « Radio Fil Bleu ». Par le biais du Midi-Libre, journal régional, cet article retrace l’histoire de la radio et de ces changements notables sur les années 1977, 1982 et 1986 où la jeunesse et la liberté d’expression sont au cœur des enjeux en France et principalement sur Montpellier. 

Faire feu de tout bois … pour finir en feu de paille

Hervé Lagoguey, Université de Reims Champagne-Ardenne

Résumé de l’article :

Cet article étudie une brève période du milieu des années 70, pendant laquelle de jeunes auteurs ont rêvé de révolutionner la science-fiction française, désireux d’enrichir cette « littérature d’évasion » d’une dimension politique jusqu’alors absente selon eux. Majoritairement à gauche, publiant collectivement dans des anthologies, ces écrivains en herbe fustigent les dérives du capitalisme, du patronat, de l’armée, de l’électronucléaire, de l’urbanisme, tout en défendant la cause écologique, les sans-grades et les minorités. Si, à l’image de l’écrivain Jean-Pierre Andrevon, certaines figures de proue de ce mouvement tiennent un discours raisonné et peaufinent des œuvres de fiction qui résisteront à l’usure du temps, d’autres, comme l’éditeur Bernard Blanc, publient d’abondance et dans l’urgence des textes qualifiés de « littérature-tract » par les détracteurs de la « nouvelle science-fiction politique française ». Née tardivement des cendres de Mai 68, cette mouvance tire à boulets rouges sur les institutions politiques, financières ou culturelles, sans toutefois proposer d’alternative utopique, ni jamais nuancer un discours unilatéral et caricatural, au risque de lasser les amateurs de science-fiction. Ce n’est pas tant faute de combattants que de lecteurs que le combat finit donc par cesser, à la veille des élections de mai 1981, la France s’apprêtant à devenir la « planète socialiste », objet de tous les espoirs de ces activistes pour qui la science-fiction devait s’écrire « ici et maintenant ».

De la culture populaire à l’appel de Coluche 

Marie Duret-Pujol, université Bordeaux Montaigne

Résumé de l’article :

Alors au sommet de sa carrière, à l’automne 1980, l’immense vedette populaire Michel Colucci, dit Coluche, annonce sa candidature à la présidence de la République française. Ce qui est, au départ, présenté et perçu comme une plaisanterie prend de la consistance. Considéré comme un comédien contestataire proférant des vérités sur le monde social et n’ayant pas peur de critiquer les puissants, Coluche est suivi et acquiert une place dans la campagne. Les garants de l’ordre établi, en particulier les professionnels de la politique et les journalistes, s’inquiètent. Ils le discréditent alors, le censurent, attaquent ce qu’il est et ceux qu’il représente, des citoyens et des citoyennes issus de groupes dominés, qui subissent des violences politiques, et qui veulent un nouvel ordre du monde. Cet article vise à saisir comment Coluche passe du candidat populaire au candidat du peuple avant d’être rappelé à l’ordre pour des motifs liés à un dégoût du peuple par les élites

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search