Étiqueté : culture populaire

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

Annabel Audureau, La Rochelle Université

Résumé de l’article :

Réactualisé récemment dans les discours politiques de gauche ou du parti Europe Écologie-Les Verts par Ségolène Royal et Sandrine Rousseau, le terme « écoféministe » apparaît dans les années 1970 sous la plume de la Française Françoise d’Eaubonne dans Le féminisme ou la mort. Dans les pays anglophones, il désigne un mouvement de rencontre entre deux traditions militantes : le féminisme et l’écologie. Il s’est développé dans le monde dans les années 1980 et dénonce de conserve la domination des femmes et de la nature par les systèmes patriarcaux, y voyant même une connexion. Les mouvements écoféministes proposent ainsi un nouveau rapport à la Nature. La « Conference for Women and Life on Earth » tenue à l’Université du Massachussetts en 1980 marque le début des mobilisations écoféministes aux États-Unis. Elle a montré la dimension éminemment politique de l’écoféminisme qui ne fait pas de la politique mais est politique dans son essence en aboutissant à une mobilisation pour la justice environnementale et civique des minorités ethniques féminines. Contrairement à certains mouvements écologistes traditionnels, l’écoféminisme tend à se tenir à l’écart du pouvoir faisant moins confiance aux mécanismes de la démocratie représentative. Il n’en demeure pas moins que ce mouvement de pensée trouve des moyens d’action, d’expression et de transformation de la société à travers des canaux de pouvoirs alternatifs comme ceux de la culture populaire afin de peupler nos imaginaires de nouveaux récits pour de nouveaux possibles.

C’est ce que nous nous proposons d’étudier à travers un corpus d’œuvres récentes ou revenues sur le devant de la scène et témoignant de la vivacité de la pensée écoféministe à travers les littératures populaires (littérature jeunesse, contes modernes et romans de science-fiction) : une manière de faire de la politique autrement.

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

Quentin Pironnet, Université de Liège (Belgique)

Résumé de l’article :

Il est bien acquis désormais que la culture populaire cinématique ou télévisuelle a un rôle à jouer dans la compréhension du monde et les représentations que le grand public se fait de toute une série d’enjeux. À cet égard, les genres portés à l’écran varient au gré des demandes de l’audience. Or, s’il en est un qui est paradigmatique de notre contemporanéité, c’est bien celui de la dystopie, prémisse narrative consistant à poser l’intrigue dans un monde cauchemardesque et imparfait. Celle-ci peut emprunter au cinéma les oripeaux d’une large gamme de genres de films : horreur, science-fiction, fantastique, comédie, drame, etc. Dans le domaine politico-juridique, les dystopies sont un formidable réservoir de représentations du pire, au point parfois d’incarner dans l’inconscient collectif l’image par excellence de la manifestation de certaines règlementations ou régimes politiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search