Revue n° 1 : Cultures populaires et politique

La revue des cultures populaires


CULTURES POPULAIRES ET POLITIQUE

Sous la direction de PCAoF (janvier 2024)

Comité éditorial :

  • Annabel Audureau, enseignante et docteure en littérature comparée (La Rochelle Université, Unité de recherche PoLiCÉMIES)
  • David Lipson, maître de conférences en civilisation américaine, arts visuels et études filmiques (Université de Strasbourg, SEARCH EA2325)
  • Estelle Épinoux, maîtresse de conférences en civilisations irlandaise et britannique et arts visuels et études filmiques (Université de Limoges, EHIC EA1087)

Sommaire

Introduction :

Le premier numéro de la revue Mobilis in Mobile cherche à révéler, questionner et étudier les liens étroits, quoique souvent cachés ou implicites, entre le monde politique et les cultures populaires. Il apparait en effet intéressant d’interroger ce champ de recherche, encore peu étudié en France, croisant deux sphères parfois contradictoires et conflictuelles. L’objectif est de questionner les liens unissant la politique et les cultures populaires, la porosité de leurs frontières, l’utilisation des symboles contestataires issus des secondes, leurs représentations non pas seulement dans la fiction mais dans tous leurs champs d’expression. En quoi les cultures populaires influencent-elle la politique contemporaine ? Sa communication, ses décisions, son économie, son mode de fonctionnement ? En quoi, en somme, consiste la politisation des cultures populaires ? […lire la suite …]

Culture et politique :

Résumé : Cet article étudie une brève période du milieu des années 70, pendant laquelle de jeunes auteurs ont rêvé de révolutionner la science-fiction française, désireux d’enrichir cette « littérature d’évasion » d’une dimension politique jusqu’alors absente selon eux.

Résumé : Cet article examine la relation singulière que l’alt-right entretient avec la culture populaire. L’importante médiatisation dont a bénéficié ce déconcertant mouvement réactionnaire, principalement présent en ligne et particulièrement complexe à définir, est en partie due à son habilité à se jouer de et à jouer avec différents aspects de la culture populaire américaine.

Politique et société:

Résumé : Les Italiens sont de grands amateurs de football. Cet intérêt ne pouvait laisser indifférente la droite populiste italienne qui, dès les années 1920, cherche à instrumentaliser cette pratique sportive à des fins politiques.

Résumé : Alors au sommet de sa carrière, à l’automne 1980, l’immense vedette populaire Michel Colucci, dit Coluche, annonce sa candidature à la présidence de la République française. Ce qui est, au départ, présenté et perçu comme une plaisanterie prend de la consistance

Politique et médias :

Résumé : Background music in political journalism has a long history. It is as old as audio and audiovisual mass media, that means, about a century. Surprisingly, media and journalism research have virtually ignored this communicative layer in journalism and focused entirely on texts and images.

Résumé : Today in America entertainment is playing a bigger and bigger role in the media news model. Concurrently, another event has brought about enormous change to the media landscape: the election of Donald Trump in 2016.

Cultures populaires et politiques à l’ère du 2.0 :

Résumé : Aux Etats-Unis, le football pratiqué par les femmes est une institution. La sélection nationale est l’équipe la plus titrée de la planète, et près de 400 000 étudiantes pratiquent ce sport à l’université. Fortes de ce succès, certaines joueuses telles que Megan Rapinoe, Lindsey Horan ou Alex Morgan prennent publiquement position pour défendre les droits des femmes et de certaines minorités.

Résumé : Le gouvernement du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing détient le monopole de la radiodiffusion et le maintien dans la loi du 7 août 1974. La Télédiffusion de France (TDF) veille sur l’intégrité de ce monopole. En 1977, la France va connaître plusieurs radios pirates. Parmi elles, « Radio Verte » en 1977 et « Radio Riposte » en 1979.

Expression du politique à travers les cultures populaires : propagande et critiques :

Résumé : En 1947, un certain Siegfried Kracauer fait paraître aux États-Unis, en langue anglaise, un ouvrage intitulé De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand

Résumé : La culture populaire cinématique ou télévisuelle a un rôle à jouer dans la compréhension du monde et les représentations que le grand public se fait de toute une série d’enjeux. À cet égard, les genres portés à l’écran varient au gré des demandes de l’audience. Or, s’il en est un qui est paradigmatique de notre contemporanéité, c’est bien celui de la dystopie, prémisse narrative consistant à poser l’intrigue dans un monde cauchemardesque et imparfait.

Résumé : Paysages alpestres, paysans rebelles et horlogers reconnus, tels sont les stéréotypes véhiculés sur la Suisse, un pays dont le passé ouvrier et révolutionnaire fut souvent minoré. Oxymore, s’il en est, les communistes pesèrent, pourtant, sur la gauche helvétique. L’histoire narrée, ici, est celle d’un parti minoritaire aux volontés hégémoniques sur monde ouvrier suisse des années 1920-1930.

Résumé : The New Adventures of Hanuman (1957), est un film d’animation de propagande thaïlandais, presque oublié par son public. Fondée sur l’épopée nationale, cette œuvre fascinante témoigne de l’ampleur du conflit international à une période charnière de l’histoire de ce pays d’Asie du Sud-Est.

Politisation de la fiction :

Résumé : Réactualisé récemment dans les discours politiques de gauche ou du parti Europe Écologie-Les Verts par Ségolène Royal et Sandrine Rousseau, le terme « écoféministe » apparaît dans les années 1970 sous la plume de la Française Françoise d’Eaubonne dans Le féminisme ou la mort. Dans les pays anglophones, il désigne un mouvement de rencontre entre deux traditions militantes : le féminisme et l’écologie.

Résumé : L’essor des séries télévisées depuis quelques décennies n’est plus à prouver. Avatar des formes sérielles de la fin XIXe, les séries d’anticipation en particulier reflètent les questionnements inhérents à la crise épistémologique induite par la troisième révolution industrielle et les possibles devenirs de l’espèce humaine qu’elle induit. Ces devenirs sont étroitement associés aux progrès technologiques et aux interactions entre science et politique.

Résumé : Depuis le début du XXIe siècle, les fictions historiques, que ce soit au cinéma, à la télévision voire sur d’autres supports médiatiques comme le jeu vidéo ou la bande dessinée, ont connu d’importantes mutations qui ont sans doute permis de moderniser un genre réputé désuet.

Résumé : Description et analyse d’un groupe de projets de diffusion de la lecture et de l’écriture de la science-fiction à partir d’une perspective féministe, dans le contexte du Mexique actuel.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search