Hors-série n°1 : L’amitié en fiction jeunesse

La revue des cultures populaires


L’ AMITIÉ EN FICTION JEUNESSE

Sous la direction de Danièle ANDRÉ

sous l’égide de la société savante d’étude des cultures populaires PCAoF

Double comité de lecture : PCAoF + Association Académique pour les Humanités – AAH


Sommaire

Introduction :

Nombre d’œuvres littéraires, de films et de séries télévisuelles mettent en scène des amis, ou des groupes d’amis – que ce soit pour des enfants, des adolescents, ou de jeunes adultes. Il suffit de citer, entre autres, Harry Potter, Friends, Buffy the Vampire Slayer, Skins, Riverdale, Stranger Things, How I Met your Mother, The Big Bang Theory, Gossip Girl, Quatre filles et un jean, Twentieth Century Boys, etc... ; et de constater l’évolution spectaculaire des réseaux sociaux et des messageries instantanées (tels Facebook, Snapchat, Instagram, WhatsApp, WeChat, etc…) pour se rendre compte de l’importance de cette thématique de l’amitié dans nos sociétés. Mais que nous disent ces représentations et comment le disent-elles ? […lire la suite…]

Amitié ou Amour :

Résumé : Histoire d’amour ou roman d’amitié ? Ni le récit, ni le discours ne permettent de trancher, car ils présentent tous deux une ambiguïté fondamentale : ils disent et racontent l’amitié tout en n’étant pas sans dire ni raconter l’amour.

Résumé : L’amitié fait partie des thèmes importants de la littérature pour adolescents, mais dans cette période de découverte du désir sexuel, la prise de conscience de son homosexualité peut amener les amitiés à se reconfigurer, à prendre une autre forme, à mourir ou à renaître.

Amitié et famille :

Résumé : Dès lors qu’il est question d’amitié, ne manque pas de s’inviter dans la conversation un adage que le bon sens perpétue depuis toujours. Celui-ci constate qu’on ne choisit pas sa famille, alors que l’amitié, elle, nourrie d’affinités, offrirait le luxe exubérant de choisir ceux qui nous entourent et lient leurs existences aux nôtres. Mais choisit-on vraiment en la matière ?

Résumé : Bottero, dans ses romans du quotidien comme en fantasy, se pose avant tout en fin analyste des tissus relationnels qui accompagnent l’évolution psychologique de ses personnages, en cette période charnière de l’adolescence où s’ouvrent tous les possibles et où l’individu se trouve confronté à la nécessité autant qu’à la peur de devoir trouver sa voie.

Amitié de groupe :

Résumé : Dans sa trilogie, dont l’action se déroule de nos jours et dans notre monde, Erik L’Homme crée quatre personnages d’adolescents marginaux qui, en raison des troubles du comportement dont ils sont affectés, ont été placés par leur famille dans une clinique spécialisée. Mais les symptômes qu’ils manifestent ne représentent en réalité qu’un mode de protection contre des facultés qu’ils ne contrôlent pas ou participent d’une identité qui n’est pas totalement humaine.

Résumé : La dramaturgie de cette série, développée en sept saisons successives, est construite autour des interactions entre trois groupes de personnages : le groupe d’amis initial fondé dans le cadre des années de lycée, le groupe des observateurs et des autres tueuses et les opposants de tous ordres, vampires, monstres, démons, entités surnaturelles

Résumé : Sans amitié, Harry Potter n’est rien. Cette affirmation peut d’emblée paraître excessive, car le personnage central de la saga écrite par J.K. Rowling est un héros dans la plus pure tradition du roman épique. L’amitié selon J.K. Rowling est une vertu sage, porteuse d’idéal, mais également non exempte de passion et de joie. Elle se décline de façon affective, organisationnelle et politique. Elle est une sorte de point d’orgue rapprochant les membres d’une société et permettant d’assurer la cohésion.

Amitié impossible :

Résumé : L’amitié est au cœur de Ender’s Game parce que le roman met en scène des enfants qui grandissent dans un environnement militaire, au service d’une guerre interstellaire. Leur intelligence les exclut d’emblée de la société : ils forment un groupe à part, ils ne peuvent se lier avec d’autres enfants qui n’ont pas leurs capacités intellectuelles.

Résumé : La représentation de l’amitié dans le « Cycle de la Culture » présente une vision assez sombre de la condition posthumaine. L’utopie de la Culture, et notamment les relations idylliques des hommes avec les machines, aurait besoin de s’adosser à cette représentation pessimiste pour ressortir avec d’autant plus d’éclat. En effet, les relations amicales entre humains et machines ne pourraient sembler aussi exceptionnelles si elles ne s’appuyaient pas sur une description assez sombre des relations humaines. Et c’est précisément ce pessimisme et cette représentation d’une humanité solitaire et individualiste qui en fait une œuvre originale, tant du point de vue du genre de l’utopie qu’en comparaison avec d’autres romans ou cycles appartenant aux genres de l’imaginaire où l’amitié joue un rôle bien souvent moteur dans le récit et les colore d’une teinte optimiste.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search