Catégorie : Expression du politique – Propagande et critiques

New Adventures of Hanuman (1957), un film d’animation de propagande thaïlandais et l’USIS

New Adventures of Hanuman (1957), un film d’animation de propagande thaïlandais et l’USIS

Pichaiwat SAENGPRAPAN, Faculty of Communication Arts, Chulalongkorn University, Bangkok, Thaïlande

Résumé de l’article :

The New Adventures of Hanuman (1957), est un film d’animation de propagande thaïlandais, presque oublié par son public. Fondée sur l’épopée nationale, cette œuvre fascinante témoigne de l’ampleur du conflit international à une période charnière de l’histoire de ce pays d’Asie du Sud-Est. Pour ce présent article, notre intérêt porte sur la structure narrative et les signes visuels de ce court métrage qui nous permettent de mieux connaître la politique anti-communiste des États-Unis de l’époque et sa stratégie de communication bien définie.

Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres

Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres

Clément Fontannaz, Université de Strasbourg et de Lausanne

Résumé de l’article :

Paysages alpestres, paysans rebelles et horlogers reconnus, tels sont les stéréotypes véhiculés sur la Suisse, un pays dont le passé ouvrier et révolutionnaire fut souvent minoré. Oxymore, s’il en est, les communistes pesèrent, pourtant, sur la gauche helvétique. L’histoire narrée, ici, est celle d’un parti minoritaire aux volontés hégémoniques sur monde ouvrier suisse des années 1920-1930. En reprenant les thèses d’Antonio Gramsci, nous relisons la place culturelle occupée par les communistes romands et leurs liens entretenus avec Moscou et les partis frères. En somme, nous étudions la création d’une culture communiste et prolétarienne romande dirigée contre la société bourgeoise de l’époque.

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

Quentin Pironnet, Université de Liège (Belgique)

Résumé de l’article :

Il est bien acquis désormais que la culture populaire cinématique ou télévisuelle a un rôle à jouer dans la compréhension du monde et les représentations que le grand public se fait de toute une série d’enjeux. À cet égard, les genres portés à l’écran varient au gré des demandes de l’audience. Or, s’il en est un qui est paradigmatique de notre contemporanéité, c’est bien celui de la dystopie, prémisse narrative consistant à poser l’intrigue dans un monde cauchemardesque et imparfait. Celle-ci peut emprunter au cinéma les oripeaux d’une large gamme de genres de films : horreur, science-fiction, fantastique, comédie, drame, etc. Dans le domaine politico-juridique, les dystopies sont un formidable réservoir de représentations du pire, au point parfois d’incarner dans l’inconscient collectif l’image par excellence de la manifestation de certaines règlementations ou régimes politiques.

Cinéma et politique, les analyses pionnières de Siegfried Kracauer

Judith Bordes, Université de Bordeaux Montaigne

Résumé de l’article :

En 1947, un certain Siegfried Kracauer fait paraître aux États-Unis, en langue anglaise, un ouvrage intitulé De Caligari à Hitler. Une histoire psychologique du cinéma allemand. Il s’agit d’une étude chronologique du cinéma allemand de ses débuts à 1933. L’ouvrage mentionne des œuvres aujourd’hui considérées comme des classiques, mais aussi des productions commerciales sans grande prétention artistique. Les différentes périodes du cinéma allemand de l’entre-deux-guerres que Kracauer distingue correspondent – aussi bien d’un point de vue économique que social et politique – à celles que traverse l’Allemagne de l’époque. Il s’intéresse non seulement aux motifs scénaristiques et aux effets de mise en scène récurrents dans les films, mais aussi à l’évolution des studios de production, ou encore à la réception des films par les critiques.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search