Catégorie : Culture et politique

Faire feu de tout bois … pour finir en feu de paille

Hervé Lagoguey, Université de Reims Champagne-Ardenne

Résumé de l’article :

Cet article étudie une brève période du milieu des années 70, pendant laquelle de jeunes auteurs ont rêvé de révolutionner la science-fiction française, désireux d’enrichir cette « littérature d’évasion » d’une dimension politique jusqu’alors absente selon eux. Majoritairement à gauche, publiant collectivement dans des anthologies, ces écrivains en herbe fustigent les dérives du capitalisme, du patronat, de l’armée, de l’électronucléaire, de l’urbanisme, tout en défendant la cause écologique, les sans-grades et les minorités. Si, à l’image de l’écrivain Jean-Pierre Andrevon, certaines figures de proue de ce mouvement tiennent un discours raisonné et peaufinent des œuvres de fiction qui résisteront à l’usure du temps, d’autres, comme l’éditeur Bernard Blanc, publient d’abondance et dans l’urgence des textes qualifiés de « littérature-tract » par les détracteurs de la « nouvelle science-fiction politique française ». Née tardivement des cendres de Mai 68, cette mouvance tire à boulets rouges sur les institutions politiques, financières ou culturelles, sans toutefois proposer d’alternative utopique, ni jamais nuancer un discours unilatéral et caricatural, au risque de lasser les amateurs de science-fiction. Ce n’est pas tant faute de combattants que de lecteurs que le combat finit donc par cesser, à la veille des élections de mai 1981, la France s’apprêtant à devenir la « planète socialiste », objet de tous les espoirs de ces activistes pour qui la science-fiction devait s’écrire « ici et maintenant ».

La métapolitique de l’alt-right

Maxime Dafaure, Université Gustave Eiffel

Résumé de l’article :

Cet article examine la relation singulière que l’alt-right entretient avec la culture populaire. L’importante médiatisation dont a bénéficié ce déconcertant mouvement réactionnaire, principalement présent en ligne et particulièrement complexe à définir, est en partie due à son habilité à se jouer de et à jouer avec différents aspects de la culture populaire américaine.

Il faudra porter une attention toute particulière au concept de métapolitique, une notion-clé de l’alt-right, héritée de la Nouvelle Droite française et dérivée de la théorie d’hégémonie culturelle développée par Gramsci. La métapolitique met l’accent sur la culture comme vecteur de changement politique, et est à mettre en relation avec un autre concept favori de l’alt-right, la fenêtre d’Overton, qui théorise les opinions qu’il est socialement acceptable d’avoir, mais surtout la manière dont cette fenêtre d’acceptabilité peut varier en fonction des discours dominants.

Par le biais d’études de cas, ce travail explore une facette méconnue de l’activisme en ligne de la droite radicale états-unienne, situe cette stratégie métapolitique dans un contexte de guerre culturelle permanente, et ouvre une réflexion sur les conséquences de ces stratégies de communication ainsi que sur des moyens de mieux les appréhender.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search