Catégorie : Amitié impossible

De l’amitié posthumaine – L’exemple du « Cycle de la Culture » de Iain M. Banks 0

De l’amitié posthumaine – L’exemple du « Cycle de la Culture » de Iain M. Banks

Isabelle Périer, Docteure en Littérature comparée, Enseignante-chercheuse, éditrice, conceptrice de jeu de rôle, Laboratoire du 3L.AM, Université du Maine

Résumé de l’article :

La représentation de l’amitié dans le « Cycle de la Culture » présente une vision assez sombre de la condition posthumaine. L’utopie de la Culture, et notamment les relations idylliques des hommes avec les machines, aurait besoin de s’adosser à cette représentation pessimiste pour ressortir avec d’autant plus d’éclat. En effet, les relations amicales entre humains et machines ne pourraient sembler aussi exceptionnelles si elles ne s’appuyaient pas sur une description assez sombre des relations humaines. Et c’est précisément ce pessimisme et cette représentation d’une humanité solitaire et individualiste qui en fait une œuvre originale, tant du point de vue du genre de l’utopie qu’en comparaison avec d’autres romans ou cycles appartenant aux genres de l’imaginaire où l’amitié joue un rôle bien souvent moteur dans le récit et les colore d’une teinte optimiste.

« Je croyais que vous étiez mon ami » – L’amitié dans La Stratégie Ender d’Orson Scott Card : entre manipulation et retournement 0

« Je croyais que vous étiez mon ami » – L’amitié dans La Stratégie Ender d’Orson Scott Card : entre manipulation et retournement

Gwenthalyn Engélibert, PRCE Université de Bretagne Occidentale

Résumé de l’article :

L’amitié est au cœur de Ender’s Game parce que le roman met en scène des enfants qui grandissent dans un environnement militaire, au service d’une guerre interstellaire. Leur intelligence les exclut d’emblée de la société : ils forment un groupe à part, ils ne peuvent se lier avec d’autres enfants qui n’ont pas leurs capacités intellectuelles. En suivant ce raisonnement, Ender ne peut avoir d’amis parce qu’il reste le plus intelligent parmi les surdoués. De plus, il est amené à commander la Flotte Internationale qui se bat contre les Doryphores : selon l’adage, le pouvoir est solitaire. De fait, Ender se fait des amis quand il est seul et vulnérable, quand c’est un enfant maltraité du fait de sa taille, notamment. Son intelligence, cependant, lui permet toujours de combattre ses ennemis. C’est au moment où il se trouve invaincu intellectuellement, dans la salle de bataille, qu’Ender perd ses amis et ceux-ci ne réapparaissent que quand il est de nouveau menacé physiquement hors de la salle de jeux. L’amitié n’est jamais fondée sur une relation égalitaire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search