Auteur : PCAoF

La politisation de la science-fiction par le féminisme mexicain actuel

La politisation de la science-fiction par le féminisme mexicain actuel

Sofia Mateos, Université Nationale Autonome du Mexique

Résumé de l’article :

Description et analyse d’un groupe de projets de diffusion de la lecture et de l’écriture de la science-fiction à partir d’une perspective féministe, dans le contexte du Mexique actuel. L’article cherche à comprendre les raisons de l’essor actuel de l’organisation de communautés autour de la science-fiction et du féminisme, comment ces initiatives fonctionnent et à quels besoins publics elles répondent.

Des séries historiques (pseudo-) inclusives ?

Des séries historiques (pseudo-) inclusives ?

Jessy Neau, Université de Mayotte

Résumé de l’article :

Depuis le début du XXIe siècle, les fictions historiques, que ce soit au cinéma, à la télévision voire sur d’autres supports médiatiques comme le jeu vidéo ou la bande dessinée, ont connu d’importantes mutations qui ont sans doute permis de moderniser un genre réputé désuet. Parmi ces changements, on a pu voir apparaître des séries télévisées, surtout britanniques, qui mettent en scène des acteurs d’ascendance extraeuropéenne pour incarner des personnages du passé européen (historique ou littéraire).

Politisation de la culture populaire : le cas des séries TV et du post humanisme critique

Politisation de la culture populaire : le cas des séries TV et du post humanisme critique

Hélène Machinal, Université de Bretagne Occidentale

Résumé de l’article :

L’essor des séries télévisées depuis quelques décennies n’est plus à prouver. Avatar des formes sérielles de la fin XIXe, les séries d’anticipation en particulier reflètent les questionnements inhérents à la crise épistémologique induite par la troisième révolution industrielle et les possibles devenirs de l’espèce humaine qu’elle induit. Ces devenirs sont étroitement associés aux progrès technologiques (biotechnologies et culture de l’écran) et aux interactions entre science et politique. A l’instar des romans d’Huxley et d’Orwell (Brave New World et 1984), l’emprise de la technologie sur les corps et les esprits peut être le fondement de systèmes politiques qui relèvent du biopouvoir tel qu’il a été théorisé par Foucault puis Agamben. Les séries de science-fiction déclinent un rapport au temps que l’on peut qualifier de « futur antérieur » (Langlet) et proposent ainsi ce qu’Anne Besson appelle un « retour au présent » (Besson, 2021) dans son dernier ouvrage, et ce que nous avons proposé d’appeler des anamorphoses (Machinal, 2020). Ce double regard, ou cette réfraction entre fiction et réalité, est particulièrement prégnante dans les séries qui mettent en scène des figures du posthumain permettant d’alimenter la réflexion politique et critique du posthumanisme, en particulier dans sa déclinaison féministe qui revendique un dépassement des binarismes (Braidotti, Hoquet).

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

L’écoféminisme dans les littératures populaires ou comment faire de la politique autrement

Annabel Audureau, La Rochelle Université

Résumé de l’article :

Réactualisé récemment dans les discours politiques de gauche ou du parti Europe Écologie-Les Verts par Ségolène Royal et Sandrine Rousseau, le terme « écoféministe » apparaît dans les années 1970 sous la plume de la Française Françoise d’Eaubonne dans Le féminisme ou la mort. Dans les pays anglophones, il désigne un mouvement de rencontre entre deux traditions militantes : le féminisme et l’écologie. Il s’est développé dans le monde dans les années 1980 et dénonce de conserve la domination des femmes et de la nature par les systèmes patriarcaux, y voyant même une connexion. Les mouvements écoféministes proposent ainsi un nouveau rapport à la Nature. La « Conference for Women and Life on Earth » tenue à l’Université du Massachussetts en 1980 marque le début des mobilisations écoféministes aux États-Unis. Elle a montré la dimension éminemment politique de l’écoféminisme qui ne fait pas de la politique mais est politique dans son essence en aboutissant à une mobilisation pour la justice environnementale et civique des minorités ethniques féminines. Contrairement à certains mouvements écologistes traditionnels, l’écoféminisme tend à se tenir à l’écart du pouvoir faisant moins confiance aux mécanismes de la démocratie représentative. Il n’en demeure pas moins que ce mouvement de pensée trouve des moyens d’action, d’expression et de transformation de la société à travers des canaux de pouvoirs alternatifs comme ceux de la culture populaire afin de peupler nos imaginaires de nouveaux récits pour de nouveaux possibles.

C’est ce que nous nous proposons d’étudier à travers un corpus d’œuvres récentes ou revenues sur le devant de la scène et témoignant de la vivacité de la pensée écoféministe à travers les littératures populaires (littérature jeunesse, contes modernes et romans de science-fiction) : une manière de faire de la politique autrement.

New Adventures of Hanuman (1957), un film d’animation de propagande thaïlandais et l’USIS

New Adventures of Hanuman (1957), un film d’animation de propagande thaïlandais et l’USIS

Pichaiwat SAENGPRAPAN, Faculty of Communication Arts, Chulalongkorn University, Bangkok, Thaïlande

Résumé de l’article :

The New Adventures of Hanuman (1957), est un film d’animation de propagande thaïlandais, presque oublié par son public. Fondée sur l’épopée nationale, cette œuvre fascinante témoigne de l’ampleur du conflit international à une période charnière de l’histoire de ce pays d’Asie du Sud-Est. Pour ce présent article, notre intérêt porte sur la structure narrative et les signes visuels de ce court métrage qui nous permettent de mieux connaître la politique anti-communiste des États-Unis de l’époque et sa stratégie de communication bien définie.

Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres

Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres

Clément Fontannaz, Université de Strasbourg et de Lausanne

Résumé de l’article :

Paysages alpestres, paysans rebelles et horlogers reconnus, tels sont les stéréotypes véhiculés sur la Suisse, un pays dont le passé ouvrier et révolutionnaire fut souvent minoré. Oxymore, s’il en est, les communistes pesèrent, pourtant, sur la gauche helvétique. L’histoire narrée, ici, est celle d’un parti minoritaire aux volontés hégémoniques sur monde ouvrier suisse des années 1920-1930. En reprenant les thèses d’Antonio Gramsci, nous relisons la place culturelle occupée par les communistes romands et leurs liens entretenus avec Moscou et les partis frères. En somme, nous étudions la création d’une culture communiste et prolétarienne romande dirigée contre la société bourgeoise de l’époque.

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

La dystopie comme expérience de pensée du non-droit

Quentin Pironnet, Université de Liège (Belgique)

Résumé de l’article :

Il est bien acquis désormais que la culture populaire cinématique ou télévisuelle a un rôle à jouer dans la compréhension du monde et les représentations que le grand public se fait de toute une série d’enjeux. À cet égard, les genres portés à l’écran varient au gré des demandes de l’audience. Or, s’il en est un qui est paradigmatique de notre contemporanéité, c’est bien celui de la dystopie, prémisse narrative consistant à poser l’intrigue dans un monde cauchemardesque et imparfait. Celle-ci peut emprunter au cinéma les oripeaux d’une large gamme de genres de films : horreur, science-fiction, fantastique, comédie, drame, etc. Dans le domaine politico-juridique, les dystopies sont un formidable réservoir de représentations du pire, au point parfois d’incarner dans l’inconscient collectif l’image par excellence de la manifestation de certaines règlementations ou régimes politiques.

Cinéma et politique, les analyses pionnières de Siegfried Kracauer

Judith Bordes, Université de Bordeaux Montaigne

Résumé de l’article :

En 1947, un certain Siegfried Kracauer fait paraître aux États-Unis, en langue anglaise, un ouvrage intitulé De Caligari à Hitler. Une histoire psychologique du cinéma allemand. Il s’agit d’une étude chronologique du cinéma allemand de ses débuts à 1933. L’ouvrage mentionne des œuvres aujourd’hui considérées comme des classiques, mais aussi des productions commerciales sans grande prétention artistique. Les différentes périodes du cinéma allemand de l’entre-deux-guerres que Kracauer distingue correspondent – aussi bien d’un point de vue économique que social et politique – à celles que traverse l’Allemagne de l’époque. Il s’intéresse non seulement aux motifs scénaristiques et aux effets de mise en scène récurrents dans les films, mais aussi à l’évolution des studios de production, ou encore à la réception des films par les critiques.

Le football, un terrain de lutte pour les droits des femmes aux Etats-Unis

Gary Morra, Université de Franche-Comté

Résumé de l’article :

Aux Etats-Unis, le football pratiqué par les femmes est une institution. La sélection nationale est l’équipe la plus titrée de la planète, et près de 400 000 étudiantes pratiquent ce sport à l’université. Fortes de ce succès, certaines joueuses telles que Megan Rapinoe, Lindsey Horan ou Alex Morgan prennent publiquement position pour défendre les droits des femmes et de certaines minorités. Ainsi, l’égalité salariale entre hommes et femmes, la lutte contre les abus sexuels, la condamnation des discriminations ethniques ou relatives à la sexualité sont des combats ayant été publiquement menés par des femmes vedettes du football aux Etats-Unis. 

0

Mitterrand et Jack Lang : Les radios libres et la fête de la musique – Le cas de Montpellier

Morgane Marion, Université de Montpellier 3

Résumé de l’article :

Le gouvernement du Président de la République Valéry Giscard d’Estaing détient le monopole de la radiodiffusion et le maintien dans la loi du 7 août 1974. La Télédiffusion de France (TDF) veille sur l’intégrité de ce monopole. En 1977, la France va connaître plusieurs radios pirates. Parmi elles, « Radio Verte » en 1977 et « Radio Riposte » en 1979. A Montpellier en 1977, une radio libre fait également beaucoup de bruit : « Radio Fil Bleu ». Par le biais du Midi-Libre, journal régional, cet article retrace l’histoire de la radio et de ces changements notables sur les années 1977, 1982 et 1986 où la jeunesse et la liberté d’expression sont au cœur des enjeux en France et principalement sur Montpellier. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search