Faire feu de tout bois … pour finir en feu de paille

Hervé Lagoguey, Université de Reims Champagne-Ardenne

Résumé de l’article :

Cet article étudie une brève période du milieu des années 70, pendant laquelle de jeunes auteurs ont rêvé de révolutionner la science-fiction française, désireux d’enrichir cette « littérature d’évasion » d’une dimension politique jusqu’alors absente selon eux. Majoritairement à gauche, publiant collectivement dans des anthologies, ces écrivains en herbe fustigent les dérives du capitalisme, du patronat, de l’armée, de l’électronucléaire, de l’urbanisme, tout en défendant la cause écologique, les sans-grades et les minorités. Si, à l’image de l’écrivain Jean-Pierre Andrevon, certaines figures de proue de ce mouvement tiennent un discours raisonné et peaufinent des œuvres de fiction qui résisteront à l’usure du temps, d’autres, comme l’éditeur Bernard Blanc, publient d’abondance et dans l’urgence des textes qualifiés de « littérature-tract » par les détracteurs de la « nouvelle science-fiction politique française ». Née tardivement des cendres de Mai 68, cette mouvance tire à boulets rouges sur les institutions politiques, financières ou culturelles, sans toutefois proposer d’alternative utopique, ni jamais nuancer un discours unilatéral et caricatural, au risque de lasser les amateurs de science-fiction. Ce n’est pas tant faute de combattants que de lecteurs que le combat finit donc par cesser, à la veille des élections de mai 1981, la France s’apprêtant à devenir la « planète socialiste », objet de tous les espoirs de ces activistes pour qui la science-fiction devait s’écrire « ici et maintenant ».



Citer ce billet
PCAoF (2024, 23 février). Faire feu de tout bois … pour finir en feu de paille. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/904

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search