Mussolini, Berlusconi, Salvini et le ballon rond

Gary MORRA, Université de Franche-Comté

Résumé de l’article :

Les Italiens sont de grands amateurs de football. Cet intérêt ne pouvait laisser indifférente la droite populiste italienne qui, dès les années 1920, cherche à instrumentaliser cette pratique sportive à des fins politiques. Les fascistes considèrent le football comme un véritable instrument de propagande au service du régime : ils mettent en place un championnat national, font construire des stades, et donnent à l’équipe nationale les moyens d’obtenir un titre mondial sur ses terres en 1934 dans le but de montrer la grandeur et l’unité du peuple italien. Au tournant des années 1990, les partis historiques sont fragilisés par de nombreux scandales politiques. La scène politique est profondément renouvelée, et voit arriver de nouveaux acteurs. Parmi eux, Silvio Berlusconi, qui doit une bonne partie de sa popularité au football. Près de vingt ans plus tard, Matteo Salvini, précurseur dans l’utilisation des réseaux sociaux à des fins politiques en Italie, semble vouloir réutiliser les mêmes leviers que son illustre prédécesseur.



Citer ce billet
PCAoF (2024, 21 février). Mussolini, Berlusconi, Salvini et le ballon rond. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/842

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search