De l’amitié posthumaine – L’exemple du « Cycle de la Culture » de Iain M. Banks

Isabelle Périer, Docteure en Littérature comparée, Enseignante-chercheuse, éditrice, conceptrice de jeu de rôle, Laboratoire du 3L.AM, Université du Maine

Résumé de l’article :

La représentation de l’amitié dans le « Cycle de la Culture » présente une vision assez sombre de la condition posthumaine. L’utopie de la Culture, et notamment les relations idylliques des hommes avec les machines, aurait besoin de s’adosser à cette représentation pessimiste pour ressortir avec d’autant plus d’éclat. En effet, les relations amicales entre humains et machines ne pourraient sembler aussi exceptionnelles si elles ne s’appuyaient pas sur une description assez sombre des relations humaines. Et c’est précisément ce pessimisme et cette représentation d’une humanité solitaire et individualiste qui en fait une œuvre originale, tant du point de vue du genre de l’utopie qu’en comparaison avec d’autres romans ou cycles appartenant aux genres de l’imaginaire où l’amitié joue un rôle bien souvent moteur dans le récit et les colore d’une teinte optimiste.



Citer ce billet
PCAoF (2024, 17 mai). De l’amitié posthumaine – L’exemple du « Cycle de la Culture » de Iain M. Banks. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/2062

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search