« Je croyais que vous étiez mon ami » – L’amitié dans La Stratégie Ender d’Orson Scott Card : entre manipulation et retournement

Gwenthalyn Engélibert, PRCE Université de Bretagne Occidentale

Résumé de l’article :

L’amitié est au cœur de Ender’s Game parce que le roman met en scène des enfants qui grandissent dans un environnement militaire, au service d’une guerre interstellaire. Leur intelligence les exclut d’emblée de la société : ils forment un groupe à part, ils ne peuvent se lier avec d’autres enfants qui n’ont pas leurs capacités intellectuelles. En suivant ce raisonnement, Ender ne peut avoir d’amis parce qu’il reste le plus intelligent parmi les surdoués. De plus, il est amené à commander la Flotte Internationale qui se bat contre les Doryphores : selon l’adage, le pouvoir est solitaire. De fait, Ender se fait des amis quand il est seul et vulnérable, quand c’est un enfant maltraité du fait de sa taille, notamment. Son intelligence, cependant, lui permet toujours de combattre ses ennemis. C’est au moment où il se trouve invaincu intellectuellement, dans la salle de bataille, qu’Ender perd ses amis et ceux-ci ne réapparaissent que quand il est de nouveau menacé physiquement hors de la salle de jeux. L’amitié n’est jamais fondée sur une relation égalitaire.



Citer ce billet
PCAoF (2024, 17 mai). « Je croyais que vous étiez mon ami » – L’amitié dans La Stratégie Ender d’Orson Scott Card : entre manipulation et retournement. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/2042

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search