Politisation de la culture populaire : le cas des séries TV et du post humanisme critique

Hélène Machinal, Université de Bretagne Occidentale

Résumé de l’article :

L’essor des séries télévisées depuis quelques décennies n’est plus à prouver. Avatar des formes sérielles de la fin XIXe, les séries d’anticipation en particulier reflètent les questionnements inhérents à la crise épistémologique induite par la troisième révolution industrielle et les possibles devenirs de l’espèce humaine qu’elle induit. Ces devenirs sont étroitement associés aux progrès technologiques (biotechnologies et culture de l’écran) et aux interactions entre science et politique. A l’instar des romans d’Huxley et d’Orwell (Brave New World et 1984), l’emprise de la technologie sur les corps et les esprits peut être le fondement de systèmes politiques qui relèvent du biopouvoir tel qu’il a été théorisé par Foucault puis Agamben. Les séries de science-fiction déclinent un rapport au temps que l’on peut qualifier de « futur antérieur » (Langlet) et proposent ainsi ce qu’Anne Besson appelle un « retour au présent » (Besson, 2021) dans son dernier ouvrage, et ce que nous avons proposé d’appeler des anamorphoses (Machinal, 2020). Ce double regard, ou cette réfraction entre fiction et réalité, est particulièrement prégnante dans les séries qui mettent en scène des figures du posthumain permettant d’alimenter la réflexion politique et critique du posthumanisme, en particulier dans sa déclinaison féministe qui revendique un dépassement des binarismes (Braidotti, Hoquet).



Citer ce billet
PCAoF (2024, 27 février). Politisation de la culture populaire : le cas des séries TV et du post humanisme critique. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/1251

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search