Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres

Clément Fontannaz, Université de Strasbourg et de Lausanne

Résumé de l’article :

Paysages alpestres, paysans rebelles et horlogers reconnus, tels sont les stéréotypes véhiculés sur la Suisse, un pays dont le passé ouvrier et révolutionnaire fut souvent minoré. Oxymore, s’il en est, les communistes pesèrent, pourtant, sur la gauche helvétique. L’histoire narrée, ici, est celle d’un parti minoritaire aux volontés hégémoniques sur monde ouvrier suisse des années 1920-1930. En reprenant les thèses d’Antonio Gramsci, nous relisons la place culturelle occupée par les communistes romands et leurs liens entretenus avec Moscou et les partis frères. En somme, nous étudions la création d’une culture communiste et prolétarienne romande dirigée contre la société bourgeoise de l’époque.



Citer ce billet
PCAoF (2024, 26 février). Les communistes romands et l’utilisation de la culture populaire dans l’Entre-deux-guerres. Popular Culture Association of France. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://pcaof.hypotheses.org/1141

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search